Le général Lecointre fait part de « l’indignation » suscitée par les propos de Sophie Pétronin

Le général Lecointre fait part de « l’indignation » suscitée par les propos de Sophie Pétronin

Pour le chef d’état-major, on ne peut pas comparer un groupe djihadiste à un simple groupe d’opposition, comme l’avait fait l’ex-otage à sa libération.

Furieux. Les militaires français digèrent mal la libération, au Mali, le 8 octobre, de deux cents prisonniers, dont de hauts cadres djihadistes responsables d’attentats dans la région, en échange de quatre otages – le leader de l’opposition malienne Soumaïla Cissé, deux Italiens et la Française Sophie Pétronin.

C’est donc clairement en direction de ses soldats, avec le souci de préserver le moral des troupes déployées sur le terrain, au Sahel, que le chef d’état-major des armées s’est exprimé de façon assez inhabituelle, mercredi 14 octobre, au Sénat, puis, jeudi 15, à l’Assemblée nationale, à l’occasion des traditionnelles auditions budgétaires. Le général François Lecointre a ainsi directement visé l’ex-otage française qui avait déclaré à RFI : « Qu’a fait le gouvernement de transition [à Bamako] ? Il a demandé la libération de leurs militaires. (…) Ce qui est logique. djihad, c’est guerre en français, et c’est une guerre entre des groupes d’opposition armés au régime, ils trouveront le chemin pour la paix. »

(Visited 1 times, 1 visits today)

Article recent