Mali: première tournée diplomatique du président de transition sur fond de polémique

Mali: première tournée diplomatique du président de transition sur fond de polémique

Le président malien de transition, Bah N’Daw, s’est envolé ce jeudi matin pour Accra, capitale du Ghana. C’est la première étape d’une tournée régionale de six jours. Le chef de l’État malien se rendra ensuite au Togo, au Sénégal et en Guinée-Bissau.

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo exerce la présidence tournante de la Cédéao, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest, qui surveille de près, depuis le coup d’État du 18 août dernier, le processus de transition malien. Ce n’est donc évidemment pas un hasard si c’est Accra qui a été choisie pour la toute première sortie officielle du président de transition, Bah N’Daw, hors des frontières maliennes.

À Koulouba, on précise d’ailleurs que cette visite « fait suite à celle effectuée », le mois dernier, par Nana Akufo-Addo à Bamako, « dans la foulée de la levée des sanctions » que la Cédéao imposait au Mali depuis le coup d’État.

Les avancées du processus de transition semblent donc un sujet incontournable. La coopération bilatérale entre le Mali et le Ghana est également au programme. Quant à la suite de la tournée de Bah N’Daw, la présidence malienne indique simplement qu’il s’agit de répondre à des invitations et de « raffermir les liens d’amitié » avec le Togo, le Sénégal et la Guinée-Bissau.

Une transition qui fait polémique

Mais à Accra les discussions seront peut-être un peu plus animées que prévu puisque la transition malienne commence justement à faire débat à Bamako. En effet, le contexte n’est pas forcément des plus favorables pour le président de transition, avec de plus en plus de voix qui s’élèvent pour dénoncer un supposé « accaparement » des organes de la transition par les militaires.

Il y avait déjà eu débat sur le président Bah N’Daw lui-même, civil, mais militaire à la retraite, sur les attributions du vice-président, le colonel Assimi Goïta, chef de la junte qui avait pris le pouvoir en août dernier. Et aujourd’hui, c’est la composition du Conseil national de transition qui est au cœur de la polémique. Ce futur organe législatif n’a toujours pas été installé, et surtout les militaires y auront bien plus de représentants que les autres.

Second point : c’est le vice-président, le colonel Assimi Goïta, qui sélectionnera les candidats. Le président Bah N’Daw ne fera que signer le décret de nomination. Résultat, de nombreux partis et organisations ont déjà annoncé qu’ils refusaient d’y siéger.

(Visited 7 times, 1 visits today)

Article recent

Comment (0)

  1. My wife and i have been so relieved when Michael managed to finish up his studies via the precious recommendations he obtained using your web site. It is now and again perplexing to simply happen to be offering techniques which often some others might have been trying to sell. We remember we need you to thank for this. The type of illustrations you made, the straightforward website navigation, the relationships your site make it easier to instill – it is most spectacular, and it is letting our son in addition to us reckon that this subject matter is pleasurable, which is certainly truly serious. Thanks for the whole lot!

  2. Nice post. I was checking continuously this weblog
    and I am impressed! Very useful info particularly the remaining
    section 🙂 I maintain such information a lot. I was looking for this certain information for a long time.
    Thanks and good luck.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *