Ouvertures de consulats à Laâyoune et Dakhla: résignés, l’Algérie et le Polisario acceptent la réalité du terrain

Ouvertures de consulats à Laâyoune et Dakhla: résignés, l’Algérie et le Polisario acceptent la réalité du terrain

En moins d’une année, un pays africain sur quatre a désormais ouvert un consulat dans les deux plus grandes villes du Sahara marocain, Laâyoune et Dakhla. Vendredi dernier, la capitale de la région de Dakhla-Oued Eddahab était au rendez-vous avec l’inauguration de trois nouveaux consulats. Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, ainsi que ses homologues, chefs de la diplomatie du Burkina Faso, de la Guinée-Bissau et de la Guinée-Équatoriale ont présidé ces nouvelles inaugurations officielles.

 

Ainsi, la longue série des inaugurations des représentations diplomatiques à Laâyoune et Dakhla se poursuit, en guise de geste fort réaffirmant la reconnaissance de la marocanité du Sahara par de nombreux pays. Après les Comores en décembre 2019, du Gabon, de Sao Tomé-et-Principe et de la République centrafricaine en janvier 2020, ainsi que de la Côte d’Ivoire en février, de Djibouti, du Burundi, de la Guinée et du Libéria en mars, c’est au tour du Burkina Faso, de la Guinée-Bissau et de la Guinée-Équatoriale d’ouvrir leurs consulats à Dakhla.

 

On se souvient que le 21 février dernier, le ministère algérien des Affaires étrangères avait sorti un communiqué incendiaire contre la Côte d’Ivoire, au lendemain de l’ouverture par Abidjan de son consulat à Laâyoune. L’ambassadeur algérien en Côte d’Ivoire a même été rappelé en consultations à Alger, en protestation contre ce que la diplomatie algérienne a qualifié de déclarations «sibyllines et insidieuses» du ministre ivoirien des Affaires étrangères, qui a juste réaffirmé la marocanité du Sahara à l’occasion de l’inauguration du consulat de son pays.

(Visited 4 times, 1 visits today)

Article recent