Vaccin contre le Covid au Maroc: origine, délais, cibles… Ce que l’on sait

Vaccin contre le Covid au Maroc: origine, délais, cibles… Ce que l’on sait

Le Roi Mohammed VI a ordonné ce lundi 9 novembre, un prochain démarrage de la vaccination anti-Covid, qui sera une vaccination massive. Voici ce que l’on sait déjà concernant cette campagne de vaccination.

Quel vaccin ? Le communiqué du cabinet royal n’indique pas de quel vaccin il s’agit. Voici néanmoins quelques pistes:

– Le vaccin chinois de Sinopharm: une partie des essais de phase 3 ont eu lieu au Maroc, auprès de 600 volontaires. Selon des sources sûres, « ces essais au Maroc ont montré peu d’effets indésirables et une efficacité très correcte ». Les essais au Maroc seront complètement terminés le 15 novembre. Ce vaccin a été testé sur 50.000 personnes en dehors de la Chine (Maroc, Emirats, Bahreïn, Pérou, Argentine) et près 100.000 personnes en Chine, selon la presse chinoise. Des sources chinoises en contact avec les équipes de test clinique au Maroc indiquent que 1 million de Chinois ont reçu leurs doses, non pas à titre de test mais de vaccin. Des médias chinois annoncent que plusieurs centaines de milliers de personnes ont reçu le vaccin de Sinopharm« .

Sinopharm a annoncé via les mêmes canaux, qu’il produira 100 millions de doses avant la fin de cette année et 1 milliard de doses en 2021.

Participer aux essais cliniques de phase 3 a permis au Maroc de conclure un contrat avec le laboratoire chinois Sinopharm pour la fourniture de 10 millions de doses avant fin 2020 et probablement davantage en 2021.

– Le contrat avec Astra Zeneca prévoit la fourniture de 17 millions de doses avec, en option, 3 millions de doses supplémentaires.

-Le Maroc est également entré en contact avec CanSino Bio, Pfizer et Johnson & Johnson, autres candidats producteurs de vaccins, pour s’approvisionner auprès d’eux. A ce stade, nous ne savons pas si ces contacts ont abouti.

A la lumière de ce qui précède, le vaccin auquel fait allusion le communiqué du cabinet royal est peut-être le vaccin chinois de Sinopharm. Mais le Maroc « ne mettra pas ses oeufs dans le même panier » et optera au final pour le vaccin le plus efficace avec une forte innocuité.

> Tous ces vaccins, hormis celui de Johnson & Johnson, nécessitent deux doses. Dans le cas de Sinopharm, les deux prises seront séparées de 21 jours. Cela complique grandement l’organisation de la campagne, car il faut veiller à ce que chaque personne reçoive sa deuxième dose. Cela signifie aussi que lorsqu’on achète 10 millions de doses, on vaccine 5 millions d’individus.

> Autre complication: Tous ces vaccins, hormis celui de Johnson & Johnson, nécessitent une conservation à très basse température, entre moins 60 et moins 80 degrés pour certains d’entre eux, pendant le transport et le stockage. Cela rendra donc très complexe l’organisation logistique.

> Combien de personnes à vacciner: L’OMS a recommandé de commencer par le personnel de santé, les forces de sécurité, les services publics et enfin les catégories vulnérables (facteurs d’âge et/ou de maladies chroniques). Elle a également recommandé de vacciner les moins de 18 ans en 2022. C’est ce que fera le Maroc.

Si l’on se base sur la prévalence réelle des infections (aux alentours de 5% minimum), le Maroc pourrait se contenter de vacciner 65% des plus de 18 ans. L’objectif qui a été fixé est plus ambitieux: 80%.

Sur la base des données de l’horloge de la population du HCP affichant une population globale de 36 millions et sachant que les moins de 18 ans représentent 33,6% de la population, le Maroc envisage donc de vacciner 19 millions de personnes (80% des 23,9 millions de personnes âgées de plus de 18 ans). Ce calcul est approximatif. Il faudrait donc 36 à 40 millions de doses.

> Quand? La vaccination durera 4 mois au maximum, donc devrait prendre fin à la mi-avril, si elle débute à la mi-décembre.

> La vaccination ne sera pas obligatoire. Mais à terme, il sera difficile de ne pas se faire vacciner, si l’on veut avoir une mobilité internationale. La vaccination anti-Covid sera probablement exigée à l’entrée de tous les pays.

> L’organisation: le Maroc a préparé sa stratégie depuis plusieurs semaines. Cette stratégie se décline région par région, commune par commune.

Le ministère de la Santé sera bien sûr en première ligne. Mais également l’Intérieur, la DGST (qui a joué un rôle discret mais fondamental sur le terrain depuis le déclenchement de l’épidémie), les FAR, la gendarmerie.

Un comité technique et scientifique de vaccination supervisera l’opération et aura la latitude de calculer la population cible, les priorités, les gens à vacciner, la durée de l‘opération, sous forme de campagne ou de vaccination normale, la période à choisir, comment amortir cette période, l’organiser dans le contexte Covid en évitant les rassemblements. Il y aura de nombreuses autres questions comme les délais par rapport à un vaccin antigrippal.

> Coût du vaccin: Selon nos sources, pour les personnes couvertes par une assurance maladie, le ministère de la Santé est en train d’étudier avec l’Anam la mise en place du remboursement du prix du vaccin. Pour les personnes non couvertes, l’information n’est pas encore disponible à ce stade.

> Innocuité, efficacité, immunogénicité: Aucun vaccin ne sera autorisé dans le monde sans une efficacité minimale de 50%. Pour les effets indésirables, ils devront être légers ou supportables.

> Un dernier conseil: Ce n’est pas le moment de se relâcher, maintenant que l’on aperçoit à quelques mois près, le bout du tunnel. Le comble serait que dans les dernières semaines, un relâchement provoque une flambée épidémique.

(Visited 13 times, 1 visits today)

Article recent

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.